This plea is very time sensitive. My name is Valerie Dirksen, and I am a child advocate, and President of International Children’s Rights Advocates Society, which is based in Georgia. I work in Haiti advocating for a group of orphans who were molested by an American who ran an unlicensed orphanage for over 30 years, with the support of seemingly unsuspecting foreigners. We have been able to secure an arrest warrant, and Red Interpol Arrest warrant, yet he remains free even after Interpol picked him up in the DR where he was running a children’s home with mostly Haitian refugee children.

One of my Child advocates in Haiti contacted me on February 15th to inform me about an orphanage fire in Fermathe, Haiti. He was concerned that the media had not properly reported the victims. He was mostly concerned for 4 toddlers who were in the clinic who had been badly burned. He begged me to do something quickly, because he was afraid they were not going to make it. The fire truck took over 90 minutes to get to the home, and did not have enough water, so they had to go back for more. Additionally, the children reportedly survived the fire, but died at the Baptiste Mission because there was no oxygen. There have been differing reports on the chaos that night.

I immediately contacted my advocates in Haiti who went to the house, and met with several people familiar with the fire. The advocates were shocked at the house, and what they saw in the orphanage. Further, the orphanage had not been licensed since 2013. They are required to register with the US Embassy, and the Institute of Social Welfare and Research, (IBESR). Haitian inspectors faulted the group for overcrowding, unsanitary conditions and not having enough adequately trained staff. IBESR initially reported that the building housed 66 children, and there were reports only one adult was on the property. The fire is still being investigated and there are a lot of unanswered questions.

The group home had been operating in Haiti since 1977 by the Church of Bible Understanding in Scranton, Pennsylvania. According to their website, they claim to operate in New York, Florida and California. The group operates two homes for nearly 200 children in Haiti as part of a “Christian training program.” The group reported revenue of $6.5 mil. And, expenses of $2.2M in 2017.

Only 35 orphanages out of 754 meet the standards to operate. The conditions at the home were deplorable and disturbing. More than 25,000 children live in these group homes. The homes are often referred to as orphanages, but more than 80 percent of the children have parents who may live nearby. Due to the extreme poverty in Haiti, with most living on less than $3 per day, families cannot afford to take care of their children. This is despite the $20B in aid that was sent to Haiti since the earthquake. Often times, they place their children in these group homes with little government regulation in the hopes they will be educated and have a better life.

The orphanage industry in Haiti is alive and well, and has been estimated to be a $3.27 billion dollar business. Human trafficking has been known to be occurring in these homes, and it has essentially caused a public health crisis. The money involved has led to extreme corruption, and we hold the Director of IBESR, Madam Villadroin, criminally negligent for allowing this fire to happen. We also hold the US Embassy responsible for allowing a $6.6M business to operate in such deplorable conditions, without being licensed.

The first hearing for the orphanage director was postponed because the director had returned to the US. It has not been rescheduled. We filed a motion on behalf of the victims, demanding autopsies be conducted, which was granted. It is now 6 weeks later, and the Justice Minister has refused to release the funding to complete the autopsies. The attorney for the orphanage, also is the attorney for the Palace, by coincidence. He met privately with the parents, and admitted guilt. He offered to give the parents money to buy a new outfit for the funeral in exchange for signing the release of the bodies. He then offered to meet up again, to see what the orphanage owner would be willing to give for them to “move on with their lives.” He suggested $50 or $100. Many of the parents felt disrespected, and offended by the thought of their baby being reduced to a $100 price tag!

The parents are not in a position to pay for the cost of an autopsy, and have asked me to reach out for help. We have estimated the cost to be $2000 per autopsy. For this reason, we are hoping to raise $40,000. We are very transparent, and plan to make everything public, as we are fighting against the hidden corruption that has paralyzed economic development in Haiti, and caused so much suffering.

This is an incredible tragedy, and we are working hard to prevent this from happening again. Our desire is to completely audit these orphanages, and lobby for stiffer regulations so that vulnerable children do not suffer another tragedy like this. They have already suffered enough. In the meantime, we believe the extreme corruption in Haiti needs to be exposed and people need to be held accountable. Six weeks is too long to wait for an autopsy. I spoke with famous pathologist, Dr. Cyril Wecht this week about the situation to ask for advice. He said this was beyond barbaric, and in all his years, he has never heard of a government withholding very important autopsies. Of course the US Ambassador Sisson is aware of the situation, and has offered no assistance. Something fishy is going on and it is being hidden from the public. These autopsies are the only way to get justice for these victims. We need help to do this! Please help the victims’ families, so that their children will not have died in vain. They are angels and have forced us to have the difficult conversation about this corrupt business that is exploiting children.

Please help us in any amount possible to help the parents move on in peace. www.icras8.com (http://www.icras8.com/)

French Version:

Un orphelinat / foyer de groupe en Haïti, ravagé par un incendie meurtrier le 13 février, a été lié à un «culte» connu pour les magasins d’antiquités haut de gamme de New York.

Ce moyen est très sensible au facteur temps. Je m’appelle Valerie Dirksen, je suis défenseur des enfants et président de l’International Children’s Rights Advocates Society, qui est basée en Géorgie. Je travaille en Haïti pour défendre un groupe d’orphelins qui ont été agressés par un Américain qui dirigeait un orphelinat sans licence depuis plus de 30 ans, avec le soutien d’étrangers apparemment sans méfiance. Nous avons pu obtenir un mandat d’arrêt et un mandat d’arrêt Red Interpol, mais il reste libre même après qu’Interpol l’ait ramassé en République démocratique du Congo où il dirigeait un foyer pour enfants avec principalement des enfants réfugiés haïtiens.

Un de mes défenseurs des enfants en Haïti m’a contacté le 15 février pour m’informer d’un incendie dans un orphelinat à Fermathe, Haïti. Il était préoccupé par le fait que les médias n’avaient pas correctement signalé les victimes. Il était principalement préoccupé par 4 tout-petits qui se trouvaient à la clinique et qui avaient été gravement brûlés. Il m’a supplié de faire quelque chose rapidement, car il avait peur qu’ils ne le fassent pas. Le camion de pompiers a mis plus de 90 minutes pour se rendre à la maison et n’avait pas assez d’eau, alors ils ont dû y retourner pour en avoir plus. De plus, les enfants auraient survécu à l’incendie, mais sont morts à la mission Baptiste parce qu’il n’y avait pas d’oxygène. Il y a eu différents rapports sur le chaos cette nuit-là.

J’ai immédiatement contacté mes avocats en Haïti qui sont allés à la maison et j’ai rencontré plusieurs personnes familières avec l’incendie. Les avocats ont été choqués par la maison et ce qu’ils ont vu dans l’orphelinat.

De plus, l’orphelinat n’avait pas de licence depuis 2013. Ils doivent s’inscrire auprès de l’ambassade des États-Unis et de l’Institut de la protection sociale et de la recherche (IBESR). Les inspecteurs haïtiens ont reproché au groupe la surpopulation, les conditions insalubres et le manque de personnel adéquatement formé. L’IBESR a initialement indiqué que le bâtiment abritait 66 enfants, et il a été signalé qu’un seul adulte se trouvait sur la propriété. L’incendie fait toujours l’objet d’une enquête et de nombreuses questions restent sans réponse.

Le foyer de groupe fonctionnait en Haïti depuis 1977 par l’Église de la compréhension biblique à Scranton, en Pennsylvanie. Selon leur site Web, ils prétendent opérer à New York, en Floride et en Californie. Le groupe gère deux foyers pour près de 200 enfants en Haïti dans le cadre d’un «programme de formation chrétienne». Le groupe a déclaré un chiffre d’affaires de 6,5 millions de dollars. Et des dépenses de 2,2 millions de dollars en 2017.

Seuls 35 orphelinats sur 754 répondent aux normes d’exploitation. Les conditions à la maison étaient déplorables et inquiétantes. Plus de 25 000 enfants vivent dans ces foyers de groupe. Les foyers sont souvent appelés orphelinats, mais plus de 80% des enfants ont des parents qui peuvent vivre à proximité. En raison de l’extrême pauvreté en Haïti, la plupart vivant avec moins de 3 dollars par jour, les familles n’ont pas les moyens de s’occuper de leurs enfants. Et ce malgré les 20 milliards de dollars. En aide envoyée à Haïti depuis le tremblement de terre.

Souvent, ils placent leurs enfants dans ces foyers de groupe avec peu de réglementation gouvernementale dans l’espoir qu’ils seront éduqués et auront une vie meilleure.

L’industrie des orphelinats en Haïti se porte bien et a été estimée à 3,27 milliards de dollars. La traite des êtres humains est connue pour se produire dans ces maisons, et elle a essentiellement provoqué une crise de santé publique. L’argent impliqué a conduit à une corruption extrême, et nous tenons la directrice de l’IBESR, Madame Villadroin, criminellement négligente pour avoir laissé cet incendie se produire. Nous tenons également l’Ambassade des États-Unis responsable de l’autorisation de 6,6 millions de dollars. entreprise à opérer dans de telles conditions déplorables, sans licence.

La première audience pour le directeur de l’orphelinat a été reportée car le directeur était revenu aux États-Unis. Il n’a pas été reporté. Nous avons déposé une requête au nom des victimes, demandant la réalisation d’autopsies, qui a été accordée. C’est maintenant 6 semaines plus tard, et le ministre de la Justice a refusé de débloquer le financement pour terminer les autopsies. L’avocat de l’orphelinat, est également l’avocat du Palais, par hasard. Il a rencontré en privé les parents et a reconnu sa culpabilité. Il a offert de donner de l’argent aux parents pour acheter une nouvelle tenue pour les funérailles en échange de la signature de la libération des corps. Il a ensuite proposé de se rencontrer à nouveau, pour voir ce que le propriétaire de l’orphelinat serait prêt à leur donner pour «continuer leur vie». Il a suggéré 50 $ ou 100 $. Beaucoup de parents se sentaient irrespectueux et offensés par l’idée que leur bébé soit réduit à un prix de 100 $!

Les parents ne sont pas en mesure de payer le coût d’une autopsie et m’ont demandé de demander de l’aide. Nous avons estimé le coût à 2 000 $ par autopsie. Pour cette raison, nous espérons recueillir 40 000 $. Nous sommes très transparents et prévoyons de tout rendre public, car nous luttons contre la corruption cachée qui a paralysé le développement économique d’Haïti et causé tant de souffrances.

C’est une tragédie incroyable, et nous travaillons dur pour empêcher que cela ne se reproduise. Notre souhait est d’auditer complètement ces orphelinats et de faire pression pour une réglementation plus stricte afin que les enfants vulnérables ne souffrent pas d’une autre tragédie comme celle-ci. Ils ont déjà suffisamment souffert.

%d bloggers like this: